Pourquoi les régimes échouent ?

Pourquoi les régimes échouent ?

 

Combien de fois on se plaint ou on culpabilise de ne pas avoir respecté un programme alimentaire ?  Et combien de fois on se dit « lundi je reprends » ?

Qui fait le régime le sait bien. Savez-vous quelles sont les pensées qui n’aident pas à rester constant ? Le mot régime, déjà, nous donne une idée de restriction et de négativité, liée exclusivement à la perte de poids, mais la diète en soi signifie « style de vie », se référant à un bien être physique.

 

Pour que les mots « régime, diète » soient utilisés avec sa juste signification il est nécessaire de s’éduquer sur la valeur qu’à la nourriture d’un point de vue nutritionnel et conseiller une activité physique adaptée. Un autre facteur à ne jamais négliger est la partie phycologique : apprendre à être conscient  de l’importance qu’à nourriture et de ne pas l’utiliser comme antidote contre l’angoisse, l’ennui ou le stress.

 

La principale cause qui fait échouer un régime est certainement nos pensées  qui tournent autour de pensées basées sur le contrôle, la privation, le sacrifice, la négativité et les renonces. Des pensées qui transforment tout en punition, et non en un parcours d’éducation et de prises de consciences.

 

Peu de variétés et alternatives

Si on croit que faire le régime est de supprimer les apéritifs, les diners entre amis, les encas… Notre vie social semble d’un coup arrivée à la fin, mais renoncer à tout ça n’est absolument pas nécessaire : il suffit de mettre en pratique quelques règles essentielles de substitution !

C’est le devoir de l’expert (médecin, diététicien ou nutritionniste) d’évaluer la difficulté du patient et l’aider à créer une stratégie alternative pour maintenir de bonnes habitudes sur le long terme.

 

Il est vrai que  cuisiner de façon saine demande du temps que l’on doit consacrer à la nourriture, surtout au moment des courses. Il est utile d’avoir une claire éducation alimentaire qui permettra au patient de faire un échange correct entre les catégories alimentaires et rendre le régime flexible et qui s’adapte à toutes les situations.

 

Manger trop peu

Il y a une grande différence entre bien manger et manger assez. Il est très fréquent que l’on mange bien, sainement, varié, mais peu. Surtout quand on voit l’aiguille de la balance s’arrêter  sur un numéro et ne jamais descendre.  On baisse les bras et on se demande que s’est –il passé et pourquoi le régime ne fonctionne pas. Ceci nous amène à réduire ultérieurement l’alimentation. : «  je ne mange plus de pain même si il est prescrit », « je mange seulement des légumes », « plus de glucides». Une grosse erreur. Réduire un régime déjà hypocalorique peut amener à une réduction du métabolisme, menant le corps à perdre de la masse musculaire et non grasse.  Ceci mène à une carence métabolique, difficile à surmonter. Glucides, protéines, graisses et fibres doivent être absorbés à chaque repas. Si l’on choisit d’enlever complètement  les glucides de toute la journée, maigrir deviendra impossible !

 

Eliminer trop  d’aliments de son régime

Il n’existe pas d’aliment bon et d’aliment néfaste, mais des portions appropriées  et des fréquences conseillées pour bien vivre. Souvent la diète nous oblige à se refuser beaucoup d’aliments, mais il n’est pas toujours juste de se refuser strictement certains de ces aliments, surtout si ils nous plaisent et si on en a (consciemment) envie.

Une alimentation déséquilibrée est privée d’ingrédients qui nous plaisent, rend triste et nerveux. L’humeur négative porte sur le long terme à la recherche de gratification, surtout dans la nourriture.  Le désir pour un aliment en plus est vécu comme un échec pour qui est au régime. Comme une tentation impardonnable à laquelle on doit résister. Céder porte à la culpabilisation et cela nous fait se sentir pire encore. Cela crée un cercle vicieux qui a des conséquences sur la non-réussite et le découragement.

 

Donc soyez plus gentils avec vous même. C’est beaucoup plus utile de prévoir des repas auquel on peut rajouter des aliments qui nous plaisent en créant des encouragements et en renforçant notre parcours.

 

Penser seulement au régime, sans se bouger

Très souvent on pense que pour perdre du poids il suffit de suivre une diète hypocalorique, sans penser à l’activité physique. Une correcte alimentation et un entrainement adéquat, avec le juste repos, doivent être affrontés au même moment  pour permettre au métabolisme de s’activer et garantir une perte de poids saine et qui dure sur le long terme. Alors dites non aux diètes trop restrictives, mais parfaitement équilibrées et avec une activité physique en plus.

 

Boire peu

Un aspect  sous-estimé, mais l’eau est fondamentale pour maigrir. Notre corps est fait principalement d’eau et pour maintenir un corps sain il est nécessaire de boire suffisamment pendant la journée.

Il serait opportun de boire au moins 1,5l d’eau par jour, avec un résidu sec faible. Limiter par contre les autres boissons qui favorisent la déshydratation comme les boissons gazeuses sucrées, le café et l’alcool.

 

Avoir peu de patience

La patience est sous-estimée. Surtout chez les femmes qui s’imposent l’obtention d’un objectif. Elles veulent  l’atteindre rapidement. Hors un parcours de perte de poids a besoin de confiance et de patience. Le corps parfois ralenti, à cause du stress, de la vie et des difficultés que nous devons affronter,  de l’entrainement : si pendants des mois ou années on s’est entrainé d’une mauvaise façon, on ne peut pas  prétendre que notre propre corps atteigne les objectifs fixés en seulement une semaine.  On a besoin d’efforts. Toujours. Et quand l’objectif sera finalement atteint, on pourra dire « j’ai réussi et c’est seulement grâce à moi ! »

 

Et votre parcours d’amincissement comment est-il ?

S'inscrire à la newsletter

Iscriviti alla newsletter
Sending
*I campi sono tutti obbligatori.
popup newsletter
Non perderti le nuove ricette, gli articoli e le offerte esclusive. Inoltre, avrai subito il 15% di sconto sul tuo primo ordine.